Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 18:56


Sa femme, comme lui d'ailleurs, gardait toujours sur elle le numéro d'une personne à contacter en cas d'urgence, c'est ainsi que l'un des pompiers l'avait appelé. Il se souviendrait toujours de cette voix condescendante qui lui annonça que sa femme venait d'avoir un accident. Il lui avait aussitôt hurlé des questions dans le combiné, mais l'homme à l'autre bout du fil était resté calme, lui disant qu'il ne pouvait pas en dire plus, et qu'ils allaient transporter sa femme à l'hôpital Saint-Joseph*.
La distance à parcourir pour s'y rendre n'était pas très grande, mais les 15 minutes qu'il passa sur le siège passager lui semblèrent durer un siècle. Ses jambes s'entrechoquaient nerveusement, il se dévorait les joues d'angoisse, il tournait la tête dans tous les sens comme si ce simple geste allait avoir le pouvoir de pousser toutes les autres voitures qui gênaient leur circulation. Le chauffeur ne tenta pas de lui faire la conversation, et il lui en fut reconnaissant. Tirant un billet de 20 euros de son portefeuille, il le laissa tomber sur le siège libre de devant et sortit en trombe du taxi avant même qu'il ne se soit complètement arrêté, faisant signe qu'il ne voulait pas de sa monnaie.
C'était maintenant un homme les cheveux en bataille et la chemise trempée de sueur qui s'adressait aux urgentistes qui prenaient en charge la blessée.

− Je suis son mari. Que s'est-il passé ?
− Elle a été renversée par une voiture. D'après des témoignages, elle est retombée sur le dos et s'est violemment heurtée la tête.
− Est-ce qu'elle est...
− Inconsciente, mais elle est vivante, l'interrompit l'un d'eux.

Ils l'écartèrent poliment mais fermement de leur passage :

− Maintenant poussez-vous s'il vous plaît, vous nous gênez dans nos mouvements ; allez dans la salle d'attente, vous aurez des nouvelles tout à l'heure.

Le brancard fut poussé à vive allure en direction du bloc opératoire. Impuissant, Richard le regarda s'éloigner.

− Elle est enceinte, cria-t-il à leurs dos, mais ils n'entendirent pas.

Désemparé, il se dirigea vers la salle d'attente des urgences. Celle-ci était pleine de monde, mais il ne voyait personne, il nageait dans un brouillard d'angoisse. Il se laissa tomber sur une chaise mais se releva aussitôt pour faire les cent pas dans le couloir, ne tenant pas en place. Il alla se chercher un café qu'il trouva infect, mais à peine l'eût-il avalé qu'il s'en servit un autre, puis encore un autre. Il avait besoin de tuer le temps, sinon il allait devenir fou.
Après ce qui lui sembla des heures, un médecin qui lui parut bien jeune s'avança vers lui :

− Vous êtes le mari de la jeune femme qu'on vient d'amener ?

Cela ressemblait plus à une entrée en matière qu'à une véritable question. Richard lui répondit d'une voix aigüe :

− Oui. Comment va-t-elle ?
− Il est encore trop tôt pour se prononcer. Mais elle a subi un important traumatisme crânien. Elle a plusieurs fractures mais ce n'est pas ça le plus grave, nous sommes en train de lui faire des radios pour voir s'il y a des lésions internes. Tout ce que je peux vous dire de sûr pour l'instant, c'est qu'elle est dans le coma.

Richard le regarda, anéanti.

− Elle attend un bébé, dit-il, comme si cela aurait le pouvoir de lui faire retirer ce qu'il venait de lui dire.
− Nous le savons, elle avait son dossier médical avec elle lorsqu'elle a été transportée ici. Cela nous a permis de vérifier l'état de santé du fœtus. Il va bien.

Richard parut tellement soulagé que le jeune médecin eût du mal à trouver les mots qui convenaient pour lui annoncer la suite.

− Cependant..., commença-t-il.
À son air navré Richard fut alarmé.

− Quoi ? Que se passe-t-il ? Il y a un problème ?
− Euh, les résultats du caryotype qu'elle venait de récupérer confirment l'anomalie chromosomique dont il est question dans l'échographie qu'elle avait faite précédemment, dit-il d'une traite.

Avant que Richard n'ait le temps de réagir il enchaîna :

− Il fallait que je vous le dise.

Richard le regarda sans comprendre :

− De quoi me parlez-vous ?
− Comment...vous... vous n'étiez pas au courant ?

Richard eut soudain l'impression que ses épaules pesaient trois tonnes. Il regarda le médecin en secouant la tête désespérément.
Non, ce n'était pas possible ! Pas deux malheurs dans la même journée ! qu'avait-il fait pour mériter ça ?
La voix du médecin se fit de nouveau entendre :

− Nous avons besoin de savoir une chose, avança-t-il timidement.

Hébété, Richard le regarda sans le voir.

− Désirez-vous que nous interrompions la grossesse ?
− ...
− Monsieur ?

Richard cligna des yeux en secouant la tête, comme pour sortir de sa torpeur.

− Désirez-vous que nous interrompions la grossesse ? répéta celui que Richard aurait préféré ne jamais avoir devant lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by marlenelaffarge - dans Le grain de riz
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Marlène Laffarge
  • J'ai commencé à écrire en 2009, et j'ai actuellement 3 romans édités : le grain de riz, la requête d'un ange, et les regards de la vérité. Mon 4ème ouvrage sortira courant 2014
  • J'ai commencé à écrire en 2009, et j'ai actuellement 3 romans édités : le grain de riz, la requête d'un ange, et les regards de la vérité. Mon 4ème ouvrage sortira courant 2014

Partager sur DiggFrance

<a href="http://www.digg-france.com" onclick="document.location = 'http://www.digg-france.com/publier?url='+encodeURIComponent(document.location)+'&title='+encodeURIComponent(document.title); return false;" title="PUBLIER CETTE PAGE OU VOTER POUR CET ARTICLE SUR DIGG-FRANCE.COM"><img src="http://www.digg-france.com/digg-france-bouton-vote.jpg" width="120" height="30" alt="PUBLIER CETTE PAGE OU VOTER POUR CET ARTICLE SUR DIGG-FRANCE.COM" border="0" style="clear:both;" /></a>

Recherche

Catégories